Restez informés

Nos actualités

Jonathan nous explique le traitement physico-chimique

LAMESCH ne fait pas que collecter les déchets, elle traite aussi certains déchets spéciaux liquides tels que les émulsions, les mélanges eau-huile ou encore les boues industrielles. Entretien avec Jonathan, responsable d’exploitation, qui nous explique le fonctionnement de notre installation de traitement physico-chimique.

Jonathan, qu’est-ce que le traitement physico-chimique ?

Le traitement physico-chimique fait appel à différentes réactions chimiques et procédés de Physique (forces d’attraction et de répulsion des molécules lors du processus de coagulation/floculation par exemple, adsorption…). L’objectif est de dépolluer le déchet réceptionné avant rejet.

Avant d’accepter et de commencer le traitement d’un déchet liquide, un échantillon est prélevé puis analysé sur notre site par un laboratoire externe agréé. Cette analyse permet de définir avec précision les polluants présents dans le déchet afin de l’orienter vers la filière de traitement la plus adaptée et ainsi opérer une dépollution sélective.

Par exemple, si le déchet contient des hydrocarbures, la fraction organique est séparée de la phase aqueuse (eau) lors d’une opération de cassage (ajout d’acide).
Pour éliminer les métaux, on les transforme en hydroxydes métalliques qui seront précipités en milieu alcalin (le métal repasse en forme solide pour se déposer en fond de cuve).

Une fois le déchet accepté, comment se passe le traitement ?

Lorsque le laboratoire nous donne son feu vert, le camion vide son chargement au niveau de notre installation et le déchet est orienté vers une cuve. Lorsqu’une cuve de déchets est pleine, les opérateurs prélèvent un échantillon et procèdent à ce qu’on appelle dans notre jargon un « Jar-test » qui permet d’estimer les quantités optimales de réactifs à utiliser.

Le processus de dépollution s’effectue alors en respectant rigoureusement plusieurs étapes successives au cours desquelles chacune des fractions polluantes est éliminée. Une fois le processus de dépollution terminé, seules les eaux traitées subsistent. Le laboratoire agréé effectue alors une série d’analyses afin de s’assurer que ces eaux respectent bien les normes environnementales en vigueur avant d’autoriser la vidange vers la station d’épuration de Bettembourg.

Que se passe-t-il si le test d’acceptation du déchet n’est pas concluant ?

Dans ce cas, il faut bien comprendre que ce n’est pas la nature du déchet qui est en cause mais notre installation de traitement qui n’est pas prévue pour l’accueillir. Dans ce cas, on propose une solution alternative et le déchet est transporté vers un prestataire en mesure de le traiter.

Dans tous les cas, que le déchet soit traité sur notre installation ou via un prestataire, un certificat de traitement est remis au client.

En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer votre navigation et vous acceptez notre politique de protection des données personnelles.

Chargement...